• Art nouveau, néo-gothique, Philippe Jouannin (architecte …),
    61, rue Réaumur, Art nouveau néo-gothique, 1900, Philippe Jouannin et Édouard Singery (architectes).
  • Néo-gothique, Philippe Jouannin (architecte ???), Édouard Sing
    61, rue Réaumur, Art nouveau néo-gothique, 1900, Jacquier (sculpteur), Signes du zodiaque, saisons.
  • Paris 75002, rue Réaumur (105), bâtiment à vocation industrie
    105, Rue Réaumur, bâtiment à vocation industrielle ou commerciale, structure métallique, pierres de taille, construction 1899, Ch Ruzé (architecte).
  • Rue Réaumur (91), immeuble de commerces et d’habitation, pier
    91, Rue Réaumur, immeuble de commerces et d’habitation, pierres de taille, structure métallique.
  • baie vitrée, immeuble de bureaux, Paris 75002, pierre de taille
    97, rue Réaumur, baie vitrée, immeuble de bureaux, pierres de taille, structure métallique.
  • baie vitrée, immeuble de bureaux, Paris 75002, pierre de taille
    97, rue Réaumur, baie vitrée, immeuble de bureaux, pierres de taille, structure métallique.
  • immeuble de commerces et d’habitation, Paris 75002, pierre de
    95, rue Réaumur, immeuble de commerces et d’habitation, pierres de taille, entresol.
  • Rue Réaumur (101), immeuble de commerces et d’habitation, pie
    101, rue Réaumur, immeuble de commerces et d’habitation, pierres de taille, construction 1895, Albert Walwein (architecte 1851-1916).
  • Rue Réaumur (101), immeuble de commerces et d’habitation, pie
    101, rue Réaumur, immeuble de commerces et d’habitation, pierres de taille, construction 1895, Albert Walwein (architecte 1851-1916).
  • baie vitrée, grand magasin de nouveautés « À Réaumur »,
    82-92, rue Réaumur, baie vitrée, grand magasin de nouveautés « À Réaumur », Jean-Baptiste Gobert-Martin (commerçant 1841-1921).
  • baie vitrée, immeuble de bureaux, Paris 75002, pierre de taille
    94, rue Réaumur, baie vitrée, immeuble de bureaux, pierres de taille.
  • Paris 75002, rue Réaumur (124), immeuble à structure entièrem
    124 rue Réaumur, immeuble à structure entièrement métallique, art nouveau, construction 1904, siège du « Parisien libéré » entre 1944 et 1973.
  • Paris 75002, rue Réaumur (124), immeuble à structure entièrem
    124 rue Réaumur, immeuble à structure entièrement métallique, art nouveau, construction 1904, siège du « Parisien libéré » entre 1944 et 1973.
  • Art nouveau, construction 1904, immeuble à structure entièreme
    124 rue Réaumur, immeuble à structure entièrement métallique, art nouveau, construction 1904, siège du « Parisien libéré » entre 1944 et 1973.
  • baie vitrée, immeuble de bureaux, Paris 75002, pierre de taille
    126, rue Réaumur, baie vitrée, immeuble de bureaux, pierres de taille, structure métallique.
  • Rue Réaumur (126), immeuble de bureaux, pierre de taille, baie
    126, rue Réaumur, baie vitrée, immeuble de bureaux, pierres de taille, structure métallique.
  • Paris 75002, rue Réaumur (118), bâtiment à vocation industrie
    118, rue Réaumur, bâtiment à vocation industrielle ou commerciale, structure métallique, pierres de taille, art nouveau, Joseph-Charles de Montarnal (architecte 1867-1947).
  • Paris 75002, rue Réaumur (118), bâtiment à vocation industrie
    118, rue Réaumur, bâtiment à vocation industrielle ou commerciale, structure métallique, pierres de taille, art nouveau, Joseph-Charles de Montarnal (architecte 1867-1947).
  • Rue Réaumur (122), immeuble de bureaux, pierre de taille, baie
    122, rue Réaumur, immeuble de bureaux, pierres de taille, baie vitrée, structure métallique.
  • immeuble de bureaux, Joseph-Charles de Montarnal (architecte 186
    130, rue Réaumur, immeuble de bureaux, pierres de taille, rue Léon-Cladel, construction 1898, Joseph-Charles de Montarnal (architecte 1867-1947).
  • Rue Réaumur (130), immeuble de bureaux, pierre de taille, rue L
    130, rue Réaumur, immeuble de bureaux, pierres de taille, rue Léon-Cladel. Construction 1898, Joseph-Charles de Montarnal (architecte 1867-1947).
  • Rue Réaumur (130), immeuble de bureaux, pierre de taille, rue L
    130, rue Réaumur, immeuble de bureaux, pierres de taille, rue Léon-Cladel. Construction 1898, Joseph-Charles de Montarnal (architecte 1867-1947).
  • Paris 75002, rue Réaumur (119-121), bâtiment à vocation indus
    119-121, rue Réaumur, bâtiment à vocation industrielle ou commerciale, structure métallique, pierres de taille, construction 1900, architecte G Bovsson, restructuré en immeuble de bureau en 1993.
  • Paris 75002, rue Réaumur (121), immeuble de bureaux, pierre de
    121 rue Réaumur, immeuble de bureaux, pierres de taille, rue Notre-Dame-des-Victoires, construit en 1900 Charles Ruzé (architecte), fenêtres galbées.
  • construit en 1900 Charles Ruzé (architecte), Fenêtres galbées
    121 rue Réaumur, immeuble de bureaux, pierres de taille, rue Notre-Dame-des-Victoires, construit en 1900, Charles Ruzé (architecte), fenêtres galbées, bow-windows.

Rue Réaumur

Les deux axes nord-sud et est-ouest créés par l’ouverture du boulevard de Sébastopol en prolongement de la rue Saint-Jacques, et de la rue de Rivoli entre les rues de Rohan et de Sévigné structurent la volonté Haussmannienne de faciliter la circulation par des axes larges, aérés, rectilignes et lumineux. Comme la rive droite se trouvait malgré tout enserrée au nord par les boulevards longeant les anciennes fortifications (boulevards Saint-Denis, Saint-Martin, Bonne Nouvelle…) deux axes est-ouest seront intégrés dans les projets d’Haussmann pour traverser plus facilement ces vieux quartiers de Paris : la rue Étienne Marcel et la rue Réaumur.

En 1870 cette dernière, n’est encore qu’à l’état de projet ; la rue du 4 septembre — initialement appelée « rue Réaumur prolongée » — vient juste d’être terminée (1868). Elle part de la place de l’Opéra et s’arrête place de la Bourse. Sa prolongation en ligne droite deviendra la rue Réaumur. Le percement commence en 1854 entre la rue du Temple et la rue Saint-Denis. Mais pour une raison mystérieuse (ou de conjoncture politique ?) le percement de la rue St Denis à la Place de la Bourse, acté en 1864, est retardé de 30 ans.

Lorsque les travaux reprennent en 1895-1896 les règles de construction ont été revisitées. Le décret du 22 juillet 1882 assouplit les règles sur les saillies permises dans la ville de Paris et ouvre la voie aux constructions de bow-windows qui parfois sont utilisés en support de panneaux polychromes. Le décret du 23 juillet 1884 casse définitivement la règle Haussmannienne d’une pente de toit à 45° pour l’inscrire dans un arc de cercle d’un rayon pouvant aller jusqu’à 8,50 m rompant ainsi la règle qui voulait que la hauteur des immeubles se limitent à 20 m. Par ailleurs l’architecture métallique commence à déborder l’usage industrielle des charpentes de Labrouste ou des halles de Baltard pour permettre la naissance d’immeubles à usage mixte privé/commercial avec structure métallique apparente, et ouverture de larges fenêtres. La rue Réaumur entre les rues Saint-Denis et Notre-Dame-des-Victoires est à cet égard singulière tant la concentration de ce type d’immeubles est importante. Dans la rue Réaumur, les magasins « À Réaumur » inaugurés par Félix Faure en 1897 (trois ans après Les Galeries Lafayette) s’enorgueillissent de fabriquer dans leurs propres ateliers les articles de prêt-à-porter. Beaucoup des immeubles alentours sont à cette époque des magasins de gros en textile ou des journaux.

Sources documentaires. Jacques Hillairet Dictionnaire historique des rue de Paris ; éditions de Minuit 1963. Pierre Casselle, Paris Républicain 1871-1914, Nouvelle histoire de Paris.